Interviews

Jean, élève depuis un an

Qui es-tu en quelques mots ?
Je m’appelle Jean, j’ai 37 ans, j’ai un travail de bureau un peu stressant.

Depuis quand pratiques-tu le yoga ?
Depuis un an ce mois ci.

Comment et pourquoi t’es-tu retrouvée sur un tapis de yoga pour la première fois ?
Avant d’aller sur le tapis, je voyais Gaëlle s’épanouir en faisant du yoga puis en se préparant à l’enseigner.
Elle m’en expliquait les vertus et ses avantages. Quand enfin elle a pu enseigner, je suis venu à son premier cours d’essai.
A la base, c’était donc plus pour être là à un moment important pour une amie. Et puis, j’ai beaucoup aimé, donc je suis revenu.
Et ça fait un an quasiment non stop, et c’est quelque chose qui est important pour moi.

Qu’est-ce qui te plaît dans le yoga et fait que tu prends régulièrement des cours ?
J’aime le yoga parce que je me sens bien après, que c’est un sport agréable, et qui rend mon corps à la fois plus souple et plus fort.
C’est donc régulièrement, une fois par semaine, que je pratique. J’y vais avant tout pour faire du bien à mon corps.
Mais, au delà, il n’y a aucun jugement, aucune compétition, et c’est donc une ambiance bienveillante qui me fait venir dans ce cours en particulier.
Gaëlle fait attention aux gens, a toujours un mot agréable ou une touche d’humour, donc je me sens en confiance, bien encadré, quand je pratique.
Les cours sont à la fois amusants, bons pour moi, et l’ambiance en cours est très agréable.

Que penses-tu de l’image du yoga renvoyée par les réseaux sociaux (filles minces et ultra flexibles, garçons musclés toujours la tête en bas…) ?
Dans les réseaux sociaux ou les journaux que j’ai pu acheter, je constate en effet plusieurs clichés. D’abord, que ces journaux mettent pêle mêle des
articles aussi variés que l’alimentation saine, la pensée positive, des notes philosophiques sur le sens de la vie, ou telle ou telle école spirituelle.
C’est intéressant, mais le yoga peut aussi se pratiquer comme une solution de remise en forme, sans avoir envie de revoir tout dans sa vie.
Ensuite, les filles minces et ultra flexibles, les garçons musclés, tous jeunes et éclatants de santé, donnent l’impression que l’on
aurait sa place sur un tapis que si on est déjà un sportif de haut niveau. C’est évidemment ridicule. Le yoga se pratique à tout age, sans contre indication
physique à ma connaissance, et je n’ai pas l’impression que ce message passe bien. Au contraire, il me semble que ces clichés enferment le yoga dans une
pratique élitiste, intellectuellement et physiquement, et c’est dommage.

Si tu avais un conseil à donner à quelqu’un qui voudrait prendre son premier cours ?
Ne pas hésiter. J’entends en fait deux sources d’appréhension : sa forme physique et, pour les hommes, parfois, que c’est plus une activité féminine.
Au premier point, c’est l’inverse : le yoga se pratique pour gagner en forme physique. De plus, je constate que Gaëlle adapte son cours aux gens,
donne des exercices adaptés à la forme et aux capacités de toute personne présente. Il y a beaucoup de bienveillance en général, on fait ce qu’on peut
avec le corps qu’on a ce jour là.
Pour le second point, je suis souvent le seul homme du cours, ça se passe super bien. Les autres personnes présentes sont adorables, bienveillantes,
il n’y a pas de discrimation, ou de moment génant. On est tous là pour faire du sport, c’est aussi simple que ça. Enfin, le yoga à la base était
pratiqué par de jeunes indiens hommes.

Un mot à ajouter ?
Oui, à Gaëlle : merci pour les cours, et bravo de faire ce que tu aimes.

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.