Etre professeur

Continuer malgré tout…

Depuis 2020, nos habitudes de vie ont changé et la fréquentation des cours de yoga, que ce soit en salle ou sur Zoom, a drastiquement chutée… J’ai été cette élève survoltée qui a pratiqué comme jamais pendant le premier confinement, j’ai aussi été cette professeure survoltée qui voulait ouvrir plein de cours sur Zoom mais qui, en raison d’un emploi à plein temps à côté, ne l’a pas fait à hauteur de ses espérances.

Aujourd’hui, nous sommes en 2022 et c’est étrange : tout a changé et rien n’a changé. Deux confinements de plus nous ont contraint.e.s à continuer à pratiquer chez nous si nous le souhaitions encore malgré l’épuisement moral qui se ressentait dans nos corps. Les studios et les salles de sport ont longtemps été fermés et y retourner ne semble plus une option pour certain.e.s.

Aujourd’hui, je vous livre un article qui vient du coeur dans lequel je souhaite vous partager mon expérience en tant qu’élève mais aussi en tant que professeur. J’espère qu’il fera écho en vous et que vous m’apporterez peut-être des réponses ou qu’au moins vous partagerez votre point de vue pour m’aider à comprendre ce qui se passe.

Mon expérience d’élève

La pratique au quotidien

Avant la pandémie, je pratiquais déjà seule chez moi avec mon abonnement AloMoves. Pas de prof en direct, juste du contenu enregistré que je choisis au gré de mes envies / besoins / capacités du moment. Avec la pandémie, j’ai expérimenté les cours sur Zoom, retrouver la joie de pratiquer en groupe malgré la distance et aussi de pratiquer avec des professeurs qui ne sont pas / plus à Paris. J’ai beaucoup aimé puis je me suis lassée. J’avais besoin de retrouver du contact humain mais en même temps, j’étais un peu perdue dans ma pratique. Je suis retournée au studio en bas de chez moi. J’ai redécouvert la joie de pratiquer avec d’autres personnes autour de moi, de pouvoir échanger avec les élèves et le professeur et ça m’a fait du bien. Puis j’ai eu une traversée du désert. Je ne pratiquais plus que chez moi, toute seule, sans Zoom, juste avec AloMoves ou seule sur mon tapis.

Fin 2021, j’ai eu comme un appel, j’avais besoin de retrouver une routine, de pratiquer avec la même professeure chaque semaine sur un créneau fixe et de m’y tenir. Et puis aussi, je me suis dit qu’il fallait donner pour recevoir et qu’avant d’être professeure, j’étais élève. J’ai donc pris un abonnement chez Naya et depuis début janvier, chaque mercredi à 12h30, je retrouve Claire pour des pratiques incroyables qui font le plus grand bien à mon corps et à mon coeur.

Je vois aussi fluctuer le nombre de personnes inscrites au cours. J’ai la chance que le cours n’ait encore jamais été annulé et je croise les doigts pour que ça continue. Cependant, il arrive que nous ne soyons que 3 élèves. En tant que pratiquant, c’est chouette mais la prof qui sommeille en moi sait que ce n’est pas très chouette un cours peu rempli car ça a des répercutions financières sur le prof et le studio…

Les formations

Etrangement, ma passion pour les formations n’a pas été impactée par la pandémie, j’ai continué d’en suivre plusieurs, à mon rythme. Elles ont parfois eu lieu uniquement sur Zoom mais la plus part du temps, j’ai eu la chance qu’elles aient lieu en présentiel (au moins en partie).

J’ai pu constaté aussi que contrairement aux cours de yoga, elles étaient plutôt remplies et pas forcément par des profs de yoga (certaines formations sont également ouvertes aux passionné.e.s).

Je ne m’explique absolument pas ce point alors si vous avez des pistes, je suis preneuse.

Ma vie de prof

On ne va pas se mentir, lancer son activité de professeur de yoga après 2020 est une sacrée prise de risque.

Pour les cours hebdomadaires, c’est un peu la catastrophe, les cours ont beaucoup de mal à se remplir. Depuis 2017, je donne un cours de yoga le mercredi soir à côté de Bastille. Avant la pandémie, ce cours était souvent sur liste d’attente depuis mars 2020, c’est très dur de le remplir. J’ai perdu de nombreux.ses élèves dont certain.e.s venaient pourtant toutes les semaines et j’ai du mal à en trouver de nouveaux.elles.

Côté studio, les cours ne se remplissent pas très bien non plus et le seul cours que l’on m’avait confié a définitivement été annulé faute de participant.e.s. C’est dur mais ce n’est pas possible pour un studio de fonctionner à perte…

Je tiens le cap et je tente de me diversifier. Jusqu’à récemment j’avais aussi 3 cours sur Zoom en plus du cours en présentiel mais plus ça allait et moins ils se remplissaient. C’est donc avec un pincement au coeur que j’en ai supprimé 2 du planning.

Entre les annulations et le faible taux de remplissage des cours, je me suis beaucoup remise en question. Heureusement, j’ai la chance d’avoir des amies professeures de yoga qui ont pu me rassurer. Le problème est général (et pas que dans le yoga), ce n’est pas moi qui suis devenue la prof la plus nulle du monde.

Etrangement, malgré ces cours hebdomadaires qui ne se remplissent pas, j’ai envie de reprendre les ateliers, de retrouver les élèves autrement sur le tapis pour, peut-être, leur redonner goût aux cours hebdomadaires… Si ça vous tente, dites-le moi.

Et puis, il y a les formations. En octobre 2021, j’ai eu la chance de me voir confier la formation de Yoga Nidra chez The Space et j’ai formé 6 personnes. La nouvelle session a lieu fin avril et j’espère qu’il y aura suffisamment d’inscriptions pour qu’elle soit maintenue…

Il y a aussi eu l’expérience formidable de la toute première retraite Knit & Yoga coorganisée avec mon amie Carole qui s’est remplie très vite et qui me donne envie d’en organiser une autre.

Bref, voilà un peu, tout ce qui me traverse en ce moment. J’ai eu envie de vous partager mes réflexions sur un sujet un peu délicat. Sur les réseaux sociaux, vous voyez sans doute beaucoup de plannings bien remplis mais ce que vous ne voyez pas, ce sont toutes les annulations qui ont lieu chaque semaine et dont personne ne parle (ou tout du moins pas grand monde).

Si vous avez des choses à partager, surtout n’hésitez pas à le faire dans les commentaires. Je serai ravie de vous lire et d’avancer dans mes réflexions grâce à vous.

Merci d’avoir lu jusqu’au bout 🖤

Crédit photo : Louise Cutler pendant la formation 300h

Articles recommandés

14 Comments

  1. Malheureusement pour moi avoir une pratique hebdomadaire est impossible à organiser. Le principe d’atelier sur un temps le week-end est le plus évident aujourd’hui.
    Courage, je te souhaite de trouver un équilibre qui te convienne 😘

  2. Embarquée par ma soeur au cours de yoga, à une période de ma vie difficile, j’ai suivi des cours en salle., en expérimentant les différents professeurs de l’association.
    Je finis par me tenir au cours du mardi.
    Puis le covid arrive……le cours n’est plus une bulle dans la semaine, mais un déversoir d’actualité, de critiques.
    Puis les salles sont fermées ! ouf !!!!
    On finit l’année en visio Zoom et l’année suivante également.
    Et là grosse libération pour moi. Je prends plaisir dans mon bureau à la séance hebdomadaire, même si la qualité n’est pas top ( la prof âgée fait ce qu’elle peut avec son téléphone) Je n’ai pas loupé un cours !
    Puis septembre 21 arrive, reprise des cours en salle. Faut se tester toute les semaines, n’étant pas vaccinée. Je refuse et ne m’inscris plus.
    Depuis un an pas une pratique de yoga, seule, je n’y arrive pas.
    Voilà mon expérience d’élève. La désertion des salles peut-être due en partie au pass vaccinal où pas……

    1. Merci pour ton partage, j’espère que tu pourras bientôt retrouver une pratique sereine dans un lieu et avec un professeur qui te convient.

  3. Hello Gaelle,

    Pour ma part j’adore les cours en presentiel mais le problème est le budget et le planning. Ayant d’autres activités à côté (escalade et pôle dance), financièrement je prend un abonnement à ma salle d’escalade qui propose des cours de yoga aussi car je ne peux juste pas me permettre un abonnement escalade, un abonnement dans un studio de yoga et les cours de pôle en plus. J’aimerais pourtant vraiment pouvoir ! Il n’y a aussi pas assez d’heures dans la journée pour tout faire 😅
    Pour ma part j’ai commencé une formation de 25h en ligne pour faire évoluer ma pratique personnelle et je pense aussi suivre ta formation qui commence en octobre il me semble ?

    1. Salut Céline ! Merci pour ton témoignage, c’est top que tu puisses combiner escalade et yoga dans le même abonnement, c’est super pratique. Je fais aussi de l’escalade et j’ai vu qu’Akrose propose aussi ce type de formule (je ne sais pas si c’est chez eux que tu grimpes et fais du yoga). Et oui, je remets ça en octobre pour l’accompagnement en ligne !!!
      Et question de curieuse : les cours de yoga sont remplis à ta salle d’escalade ?

      1. Hello Gaelle,

        Je vais à la salle de climb up de Porte d’Italie. Non les cours ne sont pas remplis et la prof me disait mercredi qu’il y a de plus en plus d’annulations de dernière minute. C’était le 4e ou 5e cours je crois ou ce n’étais que moi. Comme tu le dis dans ton article, en tant qu’élève c’est sympa parce que c’est comme ci j’avais un cours particulier mais pour la prof ça devient pesant je pense.

        Hâte d’avoir les infos pour l’accompagnement en octobre 🙂

        Céline

  4. Hello Gaëlle,

    Pour ma part, j’avoue que j’ai un peu honte de ne pas te soutenir plus en venant à ton cours du mercredi que j’apprécie beaucoup. Dans mon cas personnel, j’ai toujours eu une pratique aléatoire et j’ai toujours participé à tes cours de manière totalement non assidue donc le Covid n’a pas changé grand chose. J’aime beaucoup ton cours du mercredi mais ma forme était fluctuante, je n’ai régulièrement pas l’énergie pour ce cours qui peut s’avérer parfois un peu intense.

    Le cours en visio du vendredi est alors idéal pour prendre le relais quand je ne suis pas en forme mais il ne m’est pas très évident de pratiquer à la maison avec 2 jeunes chats et je n’ose pas toujours m’inscrire au cours dans l’idée de le faire plus tard car comme je gère mal mon temps, il m’arrive régulièrement de voir le lien périmer sans avoir trouvé le temps de faire la session.
    Je pense que pour moi, l’idéal serait un cours de vinyasa doux en présentiel un autre soir dans la semaine, mais je comprends bien que vu la tendance actuelle, ça n’est absolument pas envisageable pour le moment pour toi :/ Mais en tous cas, ma résolution pour 2022 est de toujours faire au moins un de tes cours dans la semaine (quand je ne suis pas malade comme la semaine dernière :(), et je vais essayer de m’y tenir un peu mieux pour ce mois de Mars.

    A bientôt donc,

    Karo

    1. Hello Caroline, tu n’as absolument pas à culpabiliser !!! Nous avons tou.te.s des contraintes et des façons de gérer les choses de façons différentes. L’important c’est de faire ce qui te correspond. Je note pour le cours supplémentaire de vinyasa doux en présentiel car c’est quelque chose qu’il me plairait beaucoup de mettre en place. Prends soin de toi, c’est ce qui compte avant tout !!! Merci pour ton message.

  5. Hey ! Je fais partie de ces gens qui ont commencé le yoga avant 2020 et qui ont progressivement laissé tomber du fait du covid. Déjà, merci à toi, puisque c’est toi qui m’a fait découvrir cette pratique, et ça a été un vrai coup de foudre. J’en fais toujours, chez moi, sur mon tapis dans mon coin, avec tes cours.

    Ma nouvelle pratique est d’intégrer le yoga (échauffement puis fin de séance) dans une pratique plus large, ce qu’un cours standard ne permet pas de faire. Ensuite, je le place quand je peux, ce qui explique aussi que la dynamique du cours en physique soit plus compliquée à mettre en place.

    Je suis, comme beaucoup de gens ici, dans une zone grise avec tes cours : à la fois l’envie d’y revenir, mais organisationnellement compliqué ou impliqué dans une pratique sportive différente ou plus large.

    Mais cela ne m’empêche pas de saluer l’effort qui est le tien, l’incroyable saut dans l’inconnu que tu as fait, le courage de se lancer. Et même si je fais partie des gens qui désertent les cours pour le moment, j’ai adoré chaque cours, les qualités humaines qui sont les tiennes au delà de l’enseignement du yoga en soi. Donc, merci, et j’espère du fond du coeur que ça va reprendre, que la sidération post covid va finir et nous ramener à une vie d’avant, normale, avec le temps de prendre soin de soi sans stress

  6. Bonjour Gaëlle je me retrouve dans ce que tu décris. J ai découvert le yoga grâce à toi pendant le premier confinement. Ça a été une révélation. J ai participé à tes cours puis c est devenu compliqué à gérer alors je sélectionnais des vidéos YouTube et je pratiquais chaque jour. Ça m a fait un bien fou. Depuis la fin des confinements c est très compliqué : beaucoup plus de travail depuis mars 2020 et des transports qui s ajoutent. J ai plusieurs activités sportives et je n arrive plus à intégrer le yoga à mon grand désespoir… je n arrive plus non plus à courir alors que je courais 3 a 4 fois par semaine avant. Mon dos me fait de nouveau mal et je sais que le yoga devrait m aider. A Noël j ai demandé une carte de 3 cours…. 3 malheureux petits cours et je n ai pas encore pu les faire …. je crois donc bcp a ta nouvelle proposition explorons le yoga pour arriver à recréer une routine comme je l avais fait. Après je pourrai augmenter la durée des séances …. bon courage !

    1. Merci pour ton partage Anne-Laure. J’espère que le défi te permettra de recréer une routine et soulagera ton dos. Bon courage et prends soin de toi, c’est le plus important !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.